DES BOMBARDEMENTS ISRAéLIENS SUR GAZA OBLIGENT DES INSTALLATIONS MéDICALES à FERMER

De violents bombardements israéliens ont secoué la ville de Gaza mardi alors que des milliers de Palestiniens en fuite cherchaient un abri et que les installations médicales ont été contraintes de fermer lors de la dernière offensive dans le nord du territoire.

Par ailleurs, dans le sud de Gaza, une frappe aérienne israélienne apparente sur une école où s'abritaient des personnes déplacées a tué au moins 19 personnes et en a blessé des dizaines d'autres, selon les responsables palestiniens de la santé, qui ont déclaré que le bilan allait probablement s'alourdir. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part de l’armée israélienne.

La nouvelle attaque terrestre d’Israël dans la plus grande ville de Gaza est sa dernière tentative pour combattre les militants du Hamas qui se regroupent dans des zones que l’armée avait déclaré précédemment avoir été en grande partie nettoyées.

De grandes parties de la ville de Gaza et des zones urbaines environnantes ont été rasées ou ont laissé un paysage détruit après neuf mois de combats. Une grande partie de la population a fui au début de la guerre, mais plusieurs centaines de milliers de Palestiniens restent dans le nord.

«Les combats ont été intenses», a raconté Hakeem Abdel-Bar, qui a fui le district de Tuffah, dans la ville de Gaza, pour se rendre chez des proches dans une autre partie de la ville. Il a déclaré que les avions de guerre et les drones israéliens «frappaient tout ce qui bouge» et que les chars s’étaient déplacés vers les districts centraux.

Il n’y avait pas d'indication sur les victimes. Les familles dont les proches étaient blessés ou coincés appelaient des ambulances, mais les premiers secours n’ont pas pu atteindre la plupart des districts touchés en raison des opérations israéliennes, a déclaré Nebal Farsakh, porte-parole du Croissant-Rouge palestinien.

«Nous mourons lentement.»

Après qu’Israël a appelé lundi à l’évacuation des parties orientales et centrales de la ville de Gaza, le personnel de deux hôpitaux — Al-Ahli et l’hôpital de l’Association des amis des patients — s’est précipité pour déplacer les patients et a fermé ses portes, ont indiqué les Nations Unies. M. Farsakh a déclaré que les trois installations médicales gérées par le Croissant-Rouge dans la ville de Gaza avaient fermé leurs portes.

Des dizaines de patients ont été transférés à l’hôpital indonésien du nord de Gaza, qui a lui-même été le théâtre de violents combats au début de la guerre. «Nous ne savons pas où aller. Il n’y a aucun traitement et aucun produit de première nécessité, a déploré Mohammad Abu Naser, qui y était soigné. Nous mourons lentement. »

L’armée israélienne a déclaré mardi qu’elle avait informé les hôpitaux et autres établissements médicaux de la ville de Gaza qu’ils n’avaient pas besoin d’évacuer. Mais les hôpitaux de Gaza ont souvent fermé leurs portes et déplacé les patients au moindre signe d’une éventuelle action militaire israélienne, craignant des raids.

Au cours des neuf derniers mois, les troupes israéliennes ont occupé au moins huit hôpitaux, provoquant la mort de patients et de personnel médical ainsi que des destructions massives d’installations et d’équipements. Israël a affirmé que le Hamas utilisait les hôpitaux à des fins militaires, même s’il n’a fourni que des preuves limitées.

Seuls 13 des 36 hôpitaux de Gaza fonctionnent, et seulement partiellement, selon le bureau humanitaire de l’ONU.

Une ville «dangereusement chaotique»

La campagne israélienne à Gaza, déclenchée par l’attaque du Hamas du 7 octobre, a tué ou blessé plus de 5 % des 2,3 millions de Palestiniens de Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire. La quasi-totalité de la population a été chassée de ses foyers. Beaucoup ont été déplacés à plusieurs reprises. Des centaines de milliers de personnes sont entassées dans des camps de tentes étouffants.

Le bureau humanitaire de l’ONU a déclaré que l’exode dans la ville de Gaza était «dangereusement chaotique», les gens ayant reçu pour instruction de fuir par les quartiers où des combats étaient en cours.

Les frappes aériennes israéliennes dans la ville centrale de Deir al-Balah et dans les camps de réfugiés voisins ont tué mardi au moins 14 personnes, dont quatre enfants et une femme, selon les responsables des hôpitaux des Martyrs d’al-Aqsa et d’al-Awda, où des blessés ont été transportés.

L’une des frappes a touché un commissariat de police situé dans un marché en plein air du camp de réfugiés de Nuseirat, tuant quatre personnes et en blessant deux douzaines, dont la moitié étaient des femmes et des enfants. Dans un hôpital, un petit garçon pleurait, toussait et s’essuyait les yeux pendant que les médecins le soignaient dans un espace bondé.

L’armée israélienne a déclaré disposer de renseignements montrant que des militants du Hamas et du plus petit groupe du Jihad islamique se regroupaient dans le centre de la ville de Gaza. Israël accuse le Hamas et d’autres militants de se cacher parmi les civils. À Shijaiyah, un quartier de la ville de Gaza qui a connu des semaines de combats, l’armée a déclaré avoir détruit 6 kilomètres de tunnels du Hamas.

Négociations

Le Hamas a averti que les derniers raids dans la ville de Gaza pourraient conduire à l’échec des négociations sur un cessez-le-feu et un accord de libération des otages.

Le directeur de la CIA, William Burns, a rencontré mardi le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi au Caire pour discuter des négociations, a indiqué le bureau d’el-Sissi. D’autres pourparlers devaient avoir lieu mercredi au Qatar, où le Hamas dispose d’un bureau politique.

Mais des obstacles demeurent, même après que le Hamas a accepté de renoncer à sa principale exigence selon laquelle Israël s’engage à mettre fin à la guerre dans le cadre de tout accord. Le Hamas souhaite toujours que les médiateurs garantissent que les négociations aboutissent à un cessez-le-feu permanent.

Israël a rejeté tout accord qui l’obligerait à mettre fin à la guerre avec le Hamas. Le Hamas a accusé lundi le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou de «mettre davantage d’obstacles aux négociations», y compris les opérations dans la ville de Gaza.

Le raid transfrontalier du Hamas du 7 octobre a tué 1200 personnes dans le sud d’Israël, pour la plupart des civils, selon les autorités israéliennes. Les combattants ont pris en otage environ 250 personnes. Environ 120 personnes sont toujours en captivité, et environ un tiers serait mort.

Les bombardements et les offensives israéliennes à Gaza ont tué plus de 38 200 personnes et blessé plus de 88 000 personnes, selon le ministère de la Santé du territoire, qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils dans son décompte.

Wafaa Shurafa et Samy Magdy, The Associated Press

2024-07-09T19:26:42Z dg43tfdfdgfd